fbpx
Si votre UX est aussi sexy que celle du site des Impôts…

Si votre UX est aussi sexy que celle du site des Impôts…

UX des impôts

Si vous voulez que votre site atteigne les objectifs que vous vous êtes fixé ?
Commencez par faire tout le contraire de ce que fait le site des impôts.

Pourquoi je dis ça ?

L’autre jour, ils m’ont envoyé un email dont je vous copie-colle un paragraphe qui vaut le détour :

Pour connaître le montant de cet acompte ainsi que la date limite de paiement, rendez-vous sur impots.gouv.fr. Connectez-vous à votre espace professionnel puis sélectionnez la rubrique « Consulter Compte fiscal », « accès par impôt », « TVA et taxes assimilées », « échéancier ». 

Au lieu de mettre un simple lien direct ? 

Ils rédigent un paragraphe de 3 lignes pour expliquer chaque lien sur lequel l’utilisateur va devoir cliquer pour accéder à l’information.

Et bien sûr, si vous connaissez un peu leur site (en particulier la version pour les professionnels), vous saurez qu’au niveau de l’expérience utilisateur, on est loin du compte.

Bon OK, ils s’en fichent j’imagine, parce qu’ils n’ont rien à vendre. Et parce que si vous ne payez pas… c’est vous qui êtes dans le pétrin.

Mais sans doute que leurs serveurs téléphoniques seraient moins saturés si les choses étaient plus claires et intuitives.

Une UX qui tue les ventes

Maintenant, imaginez que vous cherchiez un produit et que vous atterrissez sur un site qui vous dit :

Pour acheter votre tondeuse à gazon, cliquez sur « menu », puis allez dans « bricolage et jardin », puis sélectionnez « jardin », ensuite la section « outils de jardinage », puis vous descendez tout en bas dans la page, et après l’encart « pelles et brouettes », vous trouverez les « tondeuses ».

D’après vous, combien de tondeuses ce site vendrait ?
Bah voilà…

Et le produit peut être très bon.
Le texte de vente aussi peut être très bon.

Mais si l’accès à l’information est trop compliqué ?

Le client n’arrive pas au produit, ne lit pas le texte qui va le convaincre, résultat, ça bousille tout.

Là je vous ai cité un exemple, mais il y a bien sûr d’autres facteurs qui peuvent rendre l’expérience utilisateur mauvaise et saboter les résultats.

Prendre conscience d’une mauvaise UX

Le pire ?

C’est que de nombreux entrepreneurs dont je vois le site n’en ont même pas conscience.

Parce qu’ils savent si bien où se trouve l’info sur leur propre site, qu’ils ne se doutent pas une seconde que les internautes se perdent.

En plus de ça, Google va intégrer à son algorithme l’expérience utilisateur comme nouveau critère de classement dans ses résultats de recherche.

Bien sûr, les mauvais élèves seront repoussés vers le bas et cèderont leurs places à ceux qui auront fait un effort à ce niveau-là.

Comment savoir si votre UX est bonne ou mauvaise ?

Vous pourriez vérifier le taux de rebond dans les stats de votre site pour savoir comment vos internautes se dépatouillent.

S’il frise ou dépasse les 80%, faites vite quelque chose.

Mais sinon, votre principal signal à surveiller ?

C’est quel pourcentage de visiteurs deviennent des clients (ou des inscrits à votre mailing-list, si tel est l’objectif de votre site)

Si vous trouvez ce pourcentage insatisfaisant ?

Vous pouvez vous inscrire à mon programme Audit & Action qui consiste, après analyse, à vous indiquer concrètement quoi faire pour obtenir de meilleurs résultats.

Il ne s’adresse par contre qu’aux personnes qui veulent vraiment se donner les moyens d’y parvenir.

En savoir plus sur le programme Audit & Action

Comments are closed.